Quoi ?

Recherche sur les perceptions des pères vivant avec un adulte ayant une déficience intellectuelle

Publié le

Mise a jour le 23 juin 2015

Auteur : CRDITEDME

Ce projet de recherche a été mené par Zoé Faubert, (B.Sc), candidate au doctorat en psychologie à l’Université du Québec à Montréal, sous la direction de Georgette Goupil (Ph.D).

Il visait à recueillir les perceptions de pères sur la transition de l’après-parents. Cette transition représente la période où le parent devient trop avancé en âge pour s’occuper de son fils ou de sa fille ayant une déficience intellectuelle (DI). La chercheuse s’intéressait aux relations familiales, au rôle de père et à la vision qu’a le père du futur.

Une dizaine de pères provenant de la Montérégie et du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont participé à la recherche.

Le contexte

Peu d’études ont évalué, auprès de pères d’une personne ayant une déficience intellectuelle (DI), leurs perceptions des évènements ayant influencé leurs rôles et leurs préoccupations en regard de l’après-parent. Cette période, inévitable dans la vie de toute famille, représente l’étape où une personne autre que le parent vieillissant prend la relève auprès de l’adulte ayant une DI. Cet essai a donc pour objectif d’évaluer les perceptions de pères d’adultes ayant une DI sur les évènements marquants ayant influencé leurs perceptions de la déficience. Cette étude a aussi pour but de décrire les rôles de ces pères, leurs préoccupations en regard de l’avenir ainsi que leur planification de l’après- parents.

Dix-sept pères  d’ adultes ayant une DI (moyenne, sévère, profonde) et vivant toujours au domicile familial répondent en entrevue à un questionnaire d’ entrevue original validé par des experts. La méthode d’analyse de contenu de Miles et Huberman (2003) sert à analyser le verbatim des entrevues.

Les résultats indiquent que trois participants demeurent insatisfaits de l’annonce du diagnostic de leur fils ou de leur fille. À propos du futur, les participants entretiennent diverses préoccupations concernant l’ adulte ayant une DI face à la sexualité, les amitiés, l’emploi, et surtout face à l’ après-parent à venir.

Malgré leurs inquiétudes concernant cette transition, les pères effectuent peu de démarches concrètes pour planifier cette période. Cette transition suscite chez ces parents de l’anxiété et une grande inquiétude quant à la personne qui assumera la responsabilité de leur enfant lorsqu’ils ne pourront plus le faire. Les participants justifient la garde de l’ adulte au domicile familial par une cohabitation agréable ou allant de soi. Lorsque questionnés directement sur les démarches effectuées afin de planifier la transition de l’ après-parent, les pères décrivent uniquement des aspects légaux ainsi que des discussions
informelles avec la fratrie et la famille élargie. Seuls deux participants ont inscrit l’adulte sur une liste d’attente pour une résidence.

Les principales recommandations des pères aux dispensateurs de services sont de donner plus d’ informations lors de l’annonce du diagnostic et réduire la mobilité professionnelle. La discussion met en relation ces résultats avec la littérature scientifique en soulignant l’importance dans l’intervention de prendre en considération l’anxiété des parents et leurs réticences à planifier l’après-parent.

Les résultats

Pour plus d’information sur l’essai de Zoé Faubert, rendez-vous sur le site internet de l’UQAM à cette adresse.

Recherche sur les perceptions des pères vivant avec un adulte ayant une déficience intellectuelle

Recherche sur les perceptions des pères vivant avec un adulte ayant une déficience intellectuelle

Mots-clés

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>